Alan Mathison Turing, le concepteur de la «machine théorique»

Tribute Page of Alan Turing

Mathématicien anglais (Londres, 1912 — Wilmslow, Cheshire, 1954).

Logicien, il conçut en 1936 une «machine théorique» qui préfigurait l’ordinateur. Mais malheureusement, au terme d’une vie privée agitée et malheureuse, son œuvre fut interrompue par son suicide à 42 ans.

 

Ce sont surtout ses contributions décisives à la logique mathématique et aux fondements de l’informatique qui l’ont rendu célèbre. De même qu’existent prix Nobel et médailles Fields (analogue du prix Nobel pour les mathématiques), la «Turing Award» est, depuis 1966, décernée chaque année à un informaticien.

Dans les années 1930, Turing s’attaqua à «l’Entscheidungs Problem» (problème de la décision) qui faisait partie du «programme de Hilbert» de reconstruction «formaliste» des mathématiques. La question était de savoir s’il existe un procédé permettant de décider, face à un énoncé de logique, si cet énoncé est un théorème de la logique. Le résultat obtenu par Turing en 1936 constituait une double avancée dans ce domaine. En effet, d’une part il montra que ce problème est insoluble (on dit aussi indécidable) c’est-à-dire qu’il ne peut exister aucune procédure universelle de décision pour cette question, mais d’autre part, pour donner un sens précis à ce résultat, il donna un cadre mathématique rigoureux pour définir ce que l’on entend par «décidable» et «calculable». Ce concept de calcul universel, également appelé «machine de Turing», est encore actuellement un concept de base de l’informatique théorique.

Après avoir, pendant la Seconde Guerre mondiale, contribué aux calculs automatiques qui permirent de déchiffrer les codes secrets de l’armée allemande, Turing fut aussi mêlé dans les années 1940 et 1950 à la conception et à la réalisation des premiers ordinateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *