Qu’est-ce que le Web sémantique ?

Le Web sémantique est un projet en cours, actuellement dirigé par le créateur du World Wide Web, Tim Berners-Lee. Il tente de remédier à certaines des lacunes sémantiques du Web actuel, en introduisant un balisage beaucoup plus polyvalent et dynamique dans les documents qui composent le réseau.

HTML, le langage de balisage utilisé pour la majeure partie du World Wide Web, a un ensemble très limité de balises qui peuvent être utilisées pour indiquer à un analyseur ce que le texte dans ces balises est censé être. Pour la plupart, les balises utilisées en HTML sont utilisées pour diverses instructions de mise en page et de style – avec une tendance à ce que HTML se concentre exclusivement sur le balisage structurel, et les feuilles de style en cascade résolvent les problèmes de style. Il existe quelques exceptions à cela, telles que les balises d’en-tête (titre, méta, etc.) et les balises d’objet incorporé.

Le web sémantique, cependant, utilise XML (ainsi que d’autres technologies, telles que OWL et RDF), pour fournir des informations d’un niveau de détail essentiellement illimité. Certaines des idées de Lee à ce sujet incluent la possibilité d’intégrer des informations sur les liens dans les liens eux-mêmes : ajouter des métadonnées à chaque lien indiquant le titre de la page Web, peut-être une note, la nature de la relation entre les deux personnes faisant le lien, et un assortiment d’autres morceaux d’information.

Étudiant, Dactylographie, Clavier, Texte, Femme

Un aspect fondamental du web sémantique est la liaison des données à des points de données centralisés, plutôt que de les définir indépendamment. Par exemple, actuellement si je veux que mon texte apparaisse tout en rouge, j’indiquerais : font color=red, ou peut-être utiliser une feuille de style pour spécifier : p { color: red; }. Avec le web sémantique, j’indiquerais quelque chose qui s’apparente à : font color=www.wisegeek.com/colors/red/, et la couleur serait alors récupérée à partir d’un point central.

Le web sémantique se construit et s’étend sous la structure du web existant. Quiconque a vu une licence Creative Commons a vu le Web sémantique en action : les droits d’auteur eux-mêmes sont conservés dans une base de données centrale où ils sont stockés, et à leur tour les sites Web utilisant un lien de licence Creative Commons vers cette entrée de base de données, plutôt que de simplement reproduire le licence eux-mêmes. Si vous examinez le balisage d’une page Web à l’aide de l’une de ces licences, vous verrez un certain nombre de balises cachées à la vue normale, destinées à permettre aux robots des moteurs de recherche, aux flux d’actualités et à d’autres outils automatisés de réellement comprendre le droit d’auteur que vous avez placé sur votre placer.

En fin de compte, l’avenir du Web sémantique semble prometteur. Avec de plus en plus de sites intégrant de petits composants sémantiques, tels que des informations sur les droits d’auteur, des méta-mots-clés, des noms de créateurs et des coordonnées globales, il semblerait que ce soit simplement une trop bonne idée pour échouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *